1000 vaches : Premier recul de Ramery, la mobilisation continue

1000 vaches : Premier recul de Ramery, la mobilisation continue

Communiqué de presse

Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, les 150 premières vaches de la ferme-usine des 1 000 vaches sont arrivées sur le site de Drucat (80), marquant le démarrage de l'exploitation.

Les élus et militants d'EELV étaient une nouvelle fois sur place aux côtés des citoyens mobilisés contre ce projet depuis plusieurs années, notamment autour de l'association NOVISSEN et de la Confédération Paysanne.

Et cette mobilisation a fini par porter ses fruits : lors d'une réunion ce matin au Ministère de l'Agriculture, un accord a été conclu avec l'entrepreneur Ramery, à l'origine de ce projet. La taille du méthaniseur sera revue à la baisse (0,6 MW), et ce dernier sera exclusivement approvisionné par intrants agricoles et végétaux issus de la ferme (et dans un rayon de 5 km alentours).

Il s'agit d'une première victoire importante puisque la mobilisation citoyenne a permis de faire reculer l'entrepreneur. Ces engagements feront l'objet d'une modification du permis de construire. Les écologistes resteront très vigilants sur le respect de ce compromis, qui induit des impacts moindres sur l'environnement.

Pour autant, aucun engagement n'a pu être pris quant à la taille de l'exploitation et une demande pour passer à 1 000 vaches va être déposée par Monsieur Ramery. L'enquête publique qui en découlera va constituer une nouvelle bataille à mener pour tout ceux qui, comme nous, s'opposent à l'industrialisation de notre agriculture.

Ce modèle agricole est celui du gigantisme : il entraîne toute une série de menaces, aussi bien sur le prix du lait, celui du foncier agricole, que sur la condition animale, l'environnement et la santé...

Le Gouvernement répète que ce projet ne correspond pas au modèle qu'il défend mais continue à se réfugier derrière la réglementation existante pour expliquer son impuissance à le stopper. Il a manqué l'opportunité de la loi agricole mais doit désormais faire évoluer la réglementation pour mettre fin à ce type d'exploitations démesurées, dans la Somme et partout en France où elles pourraient voir le jour.

Nous continuerons à rejeter fermement ce système, en nous battant à nos niveaux respectifs pour une agriculture respectueuse des paysans, des consommateurs, des animaux et de l'environnement.

Karima Delli, députée européenne

Barbara Pompili, députée de la Somme

François Veillerette, conseiller régional

Christophe Porquier, porte-parole EELV Picardie

Evi Ralli, porte-parole EELV Picardie


Thierry Brochot, secrétaire régional

Equipe de Barbara Pompili

A lire également

1 Comments

  1. DUPONT
    16 septembre 2014 at 18:52
    Reply

    Bonsoir,
    Nous sommes temporairement loin de la Somme (en Haute-Savoie où les vaches ne connaissent pas la menace…) mais nous suivons avec intérêt ce qui s’y passe et sommes de tout cœur avec le combat qui est mené. Nous vous remercions,ainsi que la Confédération Paysanne, M. Kfoury de Novissen et tous ceux qui ont eu le courage et la détermination de combattre ce projet aberrant. Nous ne pouvons imaginer nos régions, demain envahies par de telles usines. Et peu importe qu’elles existent aux Etats-Unis ou en Allemagne. Cela ne veut pas dire que les gens sont d’accord mais il est souvent difficile de s’organiser pour lutter… et beaucoup ont intérêt à ne pas parler de ceux qui sont contre ! Sans parler de ce fichu méthaniseur qui est le but final pour la rentabilité et les algues vertes qui sont un risque majeur pour la baie de Somme. Évidemment, cet entrepreneur sait se faire aimer des politiques de sa région. Il connaît le nerf de la guerre : l’argent !
    Encore merci à toute l’équipe de EELV régional. Nous allons rester vigilants. Il y a tant de combats à mener avec ces folies dévastatrices.
    Cordialement.

    http://www.francebleu.fr/infos/ferme-des-1000-vaches-les-opposants-plutot-satisfaits-de-leur-reunion-au-ministere-de-l-agriculture-1767575

Commenter

Close