Budget Recherche et Enseignement supérieur

Intervention de Barbara Pompili en commission sur le budget de la mission enseignement supérieur et recherche.
Elle a souligné les enjeux concernant la vie étudiante en mettant notamment en avant les préconisations d’ Isabelle Attard dans son rapport concernant le logement collectifs. Elle a exprimé le souhait des écologistes d'aller plus loin en ce qui concerne le coup de pouce aux étudiants boursiers et la réforme des aides directes aux étudiants.
Elle a également indiqué combien il est nécessaire de résorber la précarité dans l'enseignement supérieur et la recherche. Et elle a rappelé la nécessaire révision du Crédit impôt recherche afin qu'il bénéficie véritablement aux PME innovantes et demandé une réforme de l'ANR et de l'AERES.

Synthèse de l'intervention de Barbara Pompili: 

Alors que le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche n’est pas inclus dans les trois domaines « sanctuarisés », c’est un budget en hausse qui nous est présenté. Nous nous en félicitons : investir dans l’enseignement supérieur et la recherche, c’est investir pour l’avenir de notre société.

Le budget du programme « Vie étudiante » augmente de 7,2 %. C’est un excellent signal envoyé aux étudiants. Aujourd’hui encore, le taux de pauvreté des jeunes de moins de vingt-cinq ans est presque le double de celui des adultes en activité et 35 % des étudiants doivent cumuler études et emplois. Or on sait combien ce cumul est source d’échec en premier cycle. Nous saluons ce changement d’approche qui redonne confiance.

Alors que nous connaissons une crise du logement étudiant sans précédent, nous saluons également l’augmentation de la dotation du CNOUS pour relancer la construction. Nous faisons nôtres les préconisations d’Isabelle Attard au sujet des logements collectifs. Les expérimentations de logements coopératifs menées à l’étranger ou, de manière encore trop confidentielle, en France méritent que l’on s’y intéresse bien d’avantage.

Au-delà du logement, nous pensons que le coup de pouce du gouvernement aux étudiants boursiers devrait aller plus loin. Les enfants scolarisés ont droit à une allocation de rentrée. Or, alors que la rentrée universitaire peut être bien plus coûteuse que celle des lycéens ou des collégiens, aucune aide de ce type n’existe pour les étudiants. Nous espérons donc que la réforme des aides directes aux étudiants sera rapidement mise en route.

François Hollande avait évoqué pendant la campagne électorale la création d’une allocation d’études et de formation. Sans doute faut-il attendre les résultats des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche pour lancer ce vaste chantier, essentiel pour améliorer les conditions de vie des étudiants. Vous savez combien les écologistes tiennent à la mise en place d’une allocation d’autonomie. Puisque l’ambition est de créer les conditions d’une véritable démocratisation de l’enseignement supérieur, il convient de s’en donner les moyens dès que possible.

En matière de santé, beaucoup reste à faire pour assurer un meilleur suivi sanitaire de la population étudiante et garantir l’accès aux soins pour tous.

Malgré l’intérêt que présentent certains aspects de son avis, nous ne partageons pas les conclusions du rapporteur Patrick Hetzel. Il est nécessaire de revaloriser les doctorats et la recherche : aussi nous saluons les 1 000 postes créés. C’est un premier pas dans le bon sens. J’espère qu’il en annonce d’autres, afin de répondre aux défis posés par l’indispensable résorption de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche. Selon les estimations, le nombre de précaires est compris entre 37 000 et 50 000. Nous espérons que le gouvernement, après les résultats des Assises, cherchera des solutions concrètes et pérennes à ces situations dramatiques pour nos jeunes chercheurs et pour l’ensemble des personnels sans lesquels les universités et les laboratoires de recherche ne pourraient fonctionner.

Nous saluons le choix qu’a fait le gouvernement de diminuer les crédits alloués à l’ANR. Cette agence a besoin d’être réformée. Son système de financement par projets contribue grandement, d’ailleurs, à nourrir la précarité.

La même vigilance devrait peut-être s’exercer à l’égard d’autres opérateurs. Ainsi, tous les acteurs du monde académique s’accordent pour estimer que l’AERES doit être réformée en profondeur. Dans un tout autre domaine, je pense également au CEA, dont les crédits pour 2013 augmentent de 7 %.

Les écologistes demandent également la révision du crédit d’impôt recherche afin que le bénéfice de cette incitation revienne vraiment aux PME innovantes.

Enfin, la recherche a besoin d’un soutien public pour éclairer les choix de société, comme vient de nous le rappeler la controverse soulevée par l’étude du professeur Gilles-Éric Séralini.

Equipe de Barbara Pompili

A lire également

Commenter

Close