Canal Seine Nord : sortir de la mise en scène pour avoir un vrai débat sur le développement de notre territoire

Canal Seine Nord : sortir de la mise en scène pour avoir un vrai débat sur le développement de notre territoire

Le canal Seine Nord Europe ne sauvera pas les Hauts de France.
Travaillons sur de réelles solutions pour développer notre territoire.

Aujourd’hui il est quasiment impossible d’avoir un débat l’opportunité et l’utilité du canal Seine Nord Europe (CSNE).

Le projet est mis en pause ? Les menaces fusent, le mot « guerre » est prononcé.
Des réunions sont organisées qui ressemblent à des grandes messes où des élus (beaucoup d’élus, beaucoup moins de non élus) communient et répètent sans arrêt les mêmes incantations. Le canal va nous sauver.
Messes… le canal serait-il devenu une religion ?

Je suis élue des Hauts de France et - au contraire de ce qu’il faut bien appeler une propagande et non un débat – j’ai la conviction que ce projet est mauvais pour notre région et qu’il ne répond en rien aux enjeux de développement qui sont face à nous.

Je suis taraudée par la volonté de remettre notre territoire dans une dynamique économique porteuse d’emplois, de développement et de bien vivre.
Nous avons des difficultés. Un passé.
Mais nous avons aussi de formidables opportunités si nous investissons intelligemment.
Or aujourd’hui nous mettons tous nos œufs dans le même panier. Un seul projet – très discutable - va bruler toutes les marges de manœuvres des collectivités.

Celles-ci sont prêtes à dépenser des sommes folles alors qu’elles ont des difficultés à boucler leur budget. La région Hauts de France et les départements de l’Oise, de la Somme, du Nord et du Pas-de-Calais veulent dépenser près de 800 millions pour ce seul investissement. Combien de projets d’investissement vont être sacrifiés sur l’ensemble des territoires ? Combien d’économies vont-elles être réalisées dans les dépenses de fonctionnement pour dégager des marges de manœuvre dans les différents budgets, au détriment de besoins quotidiens dont ils ont la charge ?

Je vous laisse consulter cette page web qui remet en perspective les différents enjeux autour du canal.

https://horizondeveloppementdurable.wordpress.com/…/canal-…/

Ces presque 5 milliards d’euros ne seront pas mis ailleurs.
Alors que pour désengorger l’A1 et développer nos ports, ne
vaudrait-il pas mieux investir enfin sur le fret ferroviaire ?
Alors que pour accompagner le monde qui change,

  • ne faudrait-il pas faire en sorte que tout le monde ait accès à un numérique de qualité ?
  • ne faudrait-il pas investir massivement dans l’école et la formation ?
  • ne faudrait-il pas soutenir le développement des entreprises qui créent de l’emploi autour de la transition écologique ?
  • ne faudrait-il pas développer les transports du quotidien ?
  • ne faudrait-il pas accompagner nos agriculteurs ?

Tout cela demande de l’argent. Nous devons donc faire des choix. Des choix importants.

Alors va-t-on enfin pouvoir avoir un vrai débat ?

Un débat sur le développement de notre région, de nos territoires, et non une mise en scène.

Equipe de Barbara Pompili

A lire également

1 Comments

  1. TABARY Dominique
    8 octobre 2017 at 18:37
    Reply

    Bonjour
    Je suis le projet du canal depuis 2005, à chaque fois qu’une question était posée, la réponse était toujours la même : »on n’y a pas pensé on va réfléchir et vous aurez la réponse à la prochaine réunion. » Réunion suivante la réponse était « 500000 euros en plus » C’est ainsi que le budget est passé de 2.5 milliards à 7 milliards. Bien que j’étais présente le 15 septembre dernier à Péronne, je suis contre et je ne pense pas que nous étions 500 mais plutôt 300.
    Je me suis longtemps demandée comment Rémi Prauvos avait pu divisé par deux les 9 milliards de budget pour arriver à 4.5 milliards.
    J’étais très heureuse lorsque j’ai appris que Edouard Philippe était nommé Premier ministre, avec Nicolas Hulot et vous au gouvernement je pensais que le canal allait retourner aux oubliettes.
    A chaque fois que je parle du canal à différentes personnes, tous disent la même chose : « Il ne se fera pas ». Une personne ayant travaillé au port du Havre pendant plusieurs années nous a même que s »‘il y avait un port à Noyon, Nesle n’e avait pas besoin ».
    Ce n’est pas tout de prendre des décisions à Amiens, Lille, Paris ou Bruxelles, il faudrait venir voir sur le terrain où va vraiment passé le canal : sur le plateau picard du Santerre, région agricole.
    Que laisserons nous à nos enfants, nos petits-enfants ? Des dettes et rien à manger. Ils seront dépendants des autres pays. Nous avons une richesse dans la région : l’agriculture, gardons-la et développons-la au lieu de la détruire.
    Pourquoi ne pas demander à un journaliste de faire un documentaire sur le vrai coût du canal et tous le points négatifs occultés par les pro-canal ?
    Je trouve honteux et irresponsable de la part de François Hollande de signer un papier lourd de conséquences trois semaines avant de partir !
    Cordialement
    Dominique TABARY

Commenter

Close