Emploi des personnes handicapées - les entreprises adaptées

Emploi des personnes handicapées - les entreprises adaptées

Barbara Pompili participait jeudi 11 juin au congrès de l'UNEA (union nationale des entreprises adaptées) où elle est intervenue en conclusion de la table ronde sur l'accès à l'emploi des personnes handicapées. Ce congrès était l'occasion de faire le point sur le chemin parcouru depuis des années et celui qui reste à parcourir pour bâtir réellement une société inclusive.

 

Principaux points de l'intervention de Barbara Pompili :

Aujourd'hui, le taux de chômage des personnes en situation de handicap est deux fois plus important que celui du reste de la population. Or, le travail n'est pas seulement un enjeu d'autonomie financière, c'est aussi une étape primordiale pour une insertion sociale plus globale et un levier important d'épanouissement personnel. Le travail joue un rôle de socialisation et d'insertion dans la société.

Il est donc essentiel d'agir pour faciliter l'accès à l'emploi des personnes handicapées. Le parcours des personnes handicapées pour trouver un emploi ressemble encore beaucoup trop à un parcours du combattant. La multiplicité des acteurs et le manque de lisibilité sont souvent pointés du doigt. D'où la nécessité d'avancer vers la mise en place d'un vrai guichet unique pour les questions d'emploi et de poursuivre les réflexions pour simplifier à la fois le parcours des travailleurs handicapés et le travail des structures qu'il s'agisse de leur financement, de leur gouvernance ou encore des délais et procédures administratives.

Car il s'agit de rende encore plus efficace les nombreuses structures qui existent et de ne pas brider leur développement et la richesse des réponses proposées. Les entreprises adaptées jouent un rôle essentiel pour l'accès à l'emploi des personnes handicapées, enfin considérés comme tout autre salarié, sans distinction. L'accompagnement qu'elles proposent est également essentiel. Mais d'autres initiatives existent qu'il faudrait mieux promouvoir comme, pour le milieu protégé, les ESAT hors les murs ou ceux mettant en place des VAE.

La formation est en effet un véritable enjeu. Formation initiale, continue, professionnelle... L’autolimitation des personnes en situation de handicap liée au manque de confiance en soi doit être reliée au retard de la France en matière de formation et de scolarisation des enfants en situation de handicap. Si la loi sur la Refondation de l'école représente une réelle avancée, beaucoup reste encore à faire : en France, seulement 5 % des personnes handicapées suivent des études supérieures, alors que ce taux est de 10 % en Espagne et de 20 à 25 % en Scandinavie.

Or, ce manque de formation – qui va de pair avec une école insuffisamment inclusive – et le manque d’accompagnement des personnes handicapées, mais aussi de leurs collègues et de leurs employeurs sont incontestablement des freins majeurs à l’accès à l’emploi des personnes handicapées, d’où la nécessité d’être novateur et volontariste !

Equipe de Barbara Pompili

A lire également

1 Comments

  1. ROUSSET Daniel
    12 juin 2015 at 04:40
    Reply

    Beaucoup d’entreprises ne jouent pas le jeu elles ne respectent pas la loi qui les oblige à respecter un certain cota. Malheureusement il n’y a pas assez de contrôles. Que se soit la droite ou la gauche c’est pareil. Donc les formations ne serviront à rien s’il n’y a pas de suivi.Bonne journée (y)

Répondre à ROUSSET Daniel - Cancel reply

Close