Fédération nationale des transports routiers - FNTR

Fédération nationale des transports routiers - FNTR

La Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire auditionnait ce matin Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR).

Le secteur routier de marchandise, secteur important de l'économie française, doit faire face à différents enjeux sur lesquels cette audition a permis d'échanger : la concurrence des véhicules utilitaires légers (VUL) qui ne sont pas soumis aux même exigences réglementaires que les poids lourds, celle au sein de l'Union européenne où le manque d'harmonisation pose un certain nombre de problèmes, la question de la contribution des entreprises de ce secteur au financement des infrastructures mais aussi la nécessaire prise en compte des externalités de ce mode de transports qui exigent des évolutions  (émission de gaz à effet de serre, pollutions de l'air, renouvellement de la flotte des véhicules avec une motorisation plus propres...).

L’audition est à revoir ici.

Audition de la FNTR

La Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire a auditionné ce matin Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR).Le secteur routier de marchandise, secteur important de l'économie française, doit faire face à différents enjeux sur lesquels cette audition a permis d'échanger : la concurrence des véhicules utilitaires légers (VUL) qui ne sont pas soumis aux même exigences réglementaires que les poids lourds, celle au sein de l'Union européenne où le manque d'harmonisation pose un certain nombre de problèmes, la question de la contribution des entreprises de ce secteur au financement des infrastructures mais aussi la nécessaire prise en compte des externalités de ce mode de transports qui exigent des évolutions ( émission de gaz à effet de serre, pollutions de l'air, renouvellement de la flotte des véhicules avec une motorisation plus propres...).

Publiée par Barbara Pompili sur Mercredi 26 septembre 2018

 

Intervention de Barbara Pompili

Mes cher(e)s collègues,

Nous avons le plaisir d’accueillir Mme Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR). Je rappelle que cette organisation regroupe environ les deux tiers des entreprises et des salariés du secteur du transport routier de marchandises.

Le secteur du transport routier de marchandises représente un pan important de notre économie, que ce soit en termes de chiffre d’affaires (autour de 40 milliards d’euros) ou d’emploi, puisque les entreprises de ce secteur emploient plus de 350 000 personnes.

Mais les entreprises françaises de transport routier de marchandises subissent aussi une concurrence féroce dans le cadre de l’Union européenne. Comme l’a souligné notre collègue Damien Pichereau dans son excellent rapport de mission sur les véhicules légers, elles ont aussi à faire face à de nouveaux acteurs avec le recours croissant aux VUL, qui ne sont pas soumis aux mêmes exigences réglementaires que les poids lourds.

Dans le même temps, le secteur du transport routier de marchandises est aussi source d’externalités, auxquelles notre commission, compétente en matière de transports mais aussi d’environnement, ne peut que prêter attention. Les émissions de CO2 des véhicules lourds représentent 22 % des émissions de gaz à effet de serre produites par l’ensemble des moyens de transport. Cela ne peut nous laisser indifférent, même si ces émissions tendent à diminuer depuis 2006.

Dans ce contexte, il nous semble intéressant de connaître vos attentes à l’égard des pouvoirs publics, mais aussi les initiatives que peut prendre le secteur, sachant que plusieurs échéances le concerneront directement.

Tout d’abord, au plan européen, la Commission européenne a présenté trois paquets « Mobilité », en cours de négociation. Il y a certains « points durs », comme les règles relatives au détachement, au cabotage ou au repos hebdomadaire des chauffeurs. Dans le troisième paquet, la Commission propose aussi d’imposer des normes de CO2 aux poids lourds. Sur tous ces sujets, pourriez-vous nous rappeler la position de la FNTR et les propositions qu’elle émet ?

Au plan national, nous avons deux échéances, la loi d’orientation des mobilités et le projet de loi de finances pour 2019. Le champ de ces deux textes est évidemment très large mais pourriez-vous nous indiquer vos attentes à leur égard ?

Plus précisément, quelles sont vos propositions sur le financement des infrastructures ? Seriez-vous favorable à l’application du principe utilisateur-payeur ? Quelle appréciation portez-vous sur les systèmes mis en place par nos voisins belges, allemands ou suisses ?

Concernant la nécessaire transition énergétique, quelles sont les propositions de la FNTR pour promouvoir le renouvellement de la flotte des véhicules et le recours à des motorisations plus propres ? L’outil fiscal vous semble-t-il le plus adapté, et quelles sont les actions qui vous semblent pouvoir être menées par le secteur pour réduire ses émissions ?

Enfin, quelles sont les initiatives portées par la FNTR pour renforcer la sécurité des déplacements, notamment en cas d’usage partagé de la voirie ? Menez-vous des actions pour promouvoir la mise en place de certains dispositifs simples, mais qui peuvent sauver des vies ? Je pense par exemple aux détecteurs de présence d’usagers vulnérables (piétons, cyclistes), ou encore à de simples stickers alertant ces derniers qu’ils sont situés dans l’angle mort du véhicule.

 

Equipe de Barbara Pompili

A lire également

Commenter

Close