Ordonnances environnementales : vers une plus grande information et participation des citoyens.

Ordonnances environnementales : vers une plus grande information et participation des citoyens.

Après le drame de Sivens, l’Assemblée nationale a enfin entériné la mise en place de dispositifs d’information et de concertation des citoyens en amont des projets. C’est essentiel pour trouver des portes de sorties à des situations qui pourraient dégénérer et pour éviter de la sorte de nouveaux drames humains et environnementaux.

La confiance que nous devons accorder aux initiatives et aux projets n’est en effet possible que si celle-ci s’appuie sur une véritable concertation en amont et un partage de l’information. C’est, à l’inverse, la suspicion, la défiance, le secret qui tuent les initiatives et créent les conditions d’un ressentiment voire de graves conflits locaux.

D’où les amendements adoptés pour allonger les délais ouvrant le droit d’initiative aux citoyens ou pour augmenter les projets devant faire l’objet d’une concertation préalable via une réduction des seuils.

Les débats ont permis d’aboutir à un texte équilibré entre, d’une part, une juste et nécessaire participation des citoyens aux décisions ayant un impact sur notre environnement et, d’autre part, une sécurité garantie pour les porteurs de projets afin que ces derniers continuent à promouvoir des initiatives et projets innovants.

Ordonnances environnementales : vers une plus grande informati...

Ordonnances environnementales : vers une plus grande information et participation des citoyens.Après le drame de Sivens, l’Assemblée nationale a enfin entériné la mise en place de dispositifs d’information et de concertation des citoyens en amont des projets. C’est essentiel pour trouver des portes de sorties à des situations qui pourraient dégénérer et pour éviter de la sorte de nouveaux drames humains et environnementaux.La confiance que nous devons accorder aux initiatives et aux projets n’est en effet possible que si celle-ci s’appuie sur une véritable concertation en amont et un partage de l’information. C’est, à l’inverse, la suspicion, la défiance, le secret qui tuent les initiatives et créent les conditions d’un ressentiment voire de graves conflits locaux.D’où les amendements adoptés pour allonger les délais ouvrant le droit d’initiative aux citoyens ou pour augmenter les projets devant faire l’objet d’une concertation préalable via une réduction des seuils.Les débats ont permis d’aboutir à un texte équilibré entre, d’une part, une juste et nécessaire participation des citoyens aux décisions ayant un impact sur notre environnement et, d’autre part, une sécurité garantie pour les porteurs de projets afin que ces derniers continuent à promouvoir des initiatives et projets innovants.

Publié par Barbara Pompili sur mercredi 19 juillet 2017

Equipe de Barbara Pompili

Commenter

Close