Question écrite : reconnaissance des métiers de l'animation

Mme Barbara POMPILI interroge le Ministre d'Éducation nationale et de la Jeunesse sur la situation des professionnels de l'animation.

Les formations et diplômes d'État ne permettent pas à ces professionnels d'accéder à un emploi stable. Trop souvent, ils naviguent de CAE (contrat d'accompagnement à l'emploi) en CDD et n'ont pas de réelles perspectives de carrière.

Un manque de reconnaissance est ressenti par les professionnels de l'animation qui exercent de nombreuses responsabilités dans le cadre de leurs missions. Leurs actions aux côtés des enfants revêtent pourtant une importance particulière et participent à leur éducation.

Ce ressenti est renforcé par le salaire, considéré comme non adapté.

À titre d'exemple, une journée en colonie de vacances est rémunérée à 30€ brut par jour, alors même que les amplitudes horaires sont souvent importantes.

Les parents, comme les pouvoirs publics, attendent légitimement de pouvoir compter sur des professionnels formés pour accomplir ces missions.

Dans ses rapports de 2016 et de 2018, le Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale (CSFPT) faisait déjà état de la précarité des métiers de l'animation.

Il insistait notamment sur l'absence d'un cadre d'emploi complet, limitant les perspectives de carrière, et préconisait 13 axes d'améliorations.

Elle interroge donc le Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse sur les actions qui pourraient être mises en œuvre pour améliorer la reconnaissance des métiers de l'animation.

Equipe de Barbara Pompili

Commenter

Close