Réforme des rythmes scolaires

Réforme des rythmes scolaires

Barbara Pompili est intervenue hier lors de la commission élargie sur l'enseignement scolaire. Tout en affirmant son soutien à la réforme des rythmes à l'école, elle a demandé à ce que l’ensemble du fonds d'amorçage soit maintenu afin que la réforme bénéficie à toutes et à tous. Elle a déposé un amendement en ce sens car, dans le projet de loi de finances actuel, la part forfaitaire du fonds pour les communes est menacée. Barbara Pompili a par ailleurs indiqué la nécessité de  conditionner cette aide financière à la mise en place d'activité présentant un réel intérêt pédagogique pour les élèves.

Monsieur/Madame le Président,

Mesdames / Messieurs les rapporteur,

L’augmentation du budget enseignement scolaire prolonge avec cohérence la loi de Refondation de l’école.

C’est un très bon signe.

Vous le savez, nous soutenons les grands principes de cette réforme, qu’il s’agisse de la mise en place d‘une véritable formation des enseignants, des nouveaux recrutements, de la scolarisation des moins de 3  ans ou des moyens accrus pour les territoires les plus en difficulté.

Cette politique doit contribuer à lutter contre les inégalités en donnant aux jeunes les mêmes chances de réussite et d’épanouissement, quels que soient leurs origines sociales ou leurs lieux de résidence.

La réforme des rythmes doit elle aussi contribuer à cet objectif.

Mais, pour véritablement être un levier de démocratisation d’accès à la culture et au sport, plusieurs conditions doivent être remplies :

  • Tout d’abord, les activités proposées doivent avoir un réel intérêt pédagogique.

Il ne doit pas être permis à des communes de bénéficier de financements si elles organisent de la simple garderie.

  • L’autre impératif est la gratuité. Car il s’agit de s’assurer de l’accessibilité des activités périscolaires à toutes et tous, quels que soient ses moyens

D’où l’inquiétude suscitée par la reconduction partielle du fonds d’amorçage.

En cette période de difficultés économiques, et alors que les dotations aux collectivités s’apprêtent à baisser, il n’est pas raisonnable de supprimer la part forfaitaire de ce fonds.

Je réitère donc notre demande de pérennisation de ce fonds, pour que toutes les communes qui organisent réellement des activités périscolaires puissent en bénéficier.

Et j’insiste aussi sur un autre grand problème : seul 35% des élèves en situation de handicap auraient accès aux activités périscolaires.

L’inclusion doit se faire à tous les niveaux : scolaire, périscolaire et extrascolaire.

C’est là un impératif sur lequel il n’est plus possible de tergiverser.

Il faut se donner les moyens de ses objectifs.

Je vous remercie.

La réforme des rythmes scolaires por Pompili

Equipe de Barbara Pompili

A lire également

Commenter

Close