/Tribune/ 50 % de nucléaire en 2025, ou très rapidement après : c'est possible !

/Tribune/ 50 % de nucléaire en 2025, ou très rapidement après : c'est possible !

Nous prenons acte des nouveaux scénarios de mix électrique présentés ce jour par RTE et de la communication du gouvernement en conseil des ministres.

On sait depuis le début des débats sur la loi de transition énergétique pour une croissance verte (LTECV) que cet objectif de 50 % de nucléaire en 2025 est très ambitieux. Il constitue cependant un objectif cible plus qu’intéressant. Le scénario Negawatt dont le sérieux n’est pas contestable, arrive par exemple à un point de passage 2025 (413 TWh dont 195 TWh de nucléaire, soit 47 %) compatible avec cet objectif. L’un des scénarios présentés ce jour par RTE (Ampère) y arrive presque : 50 % de nucléaire dès 2030 tout en divisant par deux les émissions de CO2, en se basant sur une stabilisation de la consommation (480 TWh).  Un scénario similaire, mais couplé à une réduction des besoins et/ou une réduction des exportations, permettrait d’être proche des 50 % en 2025, ou très rapidement après et, en tout état de cause, avant 2030, tout en respectant nos engagements climatiques.

Mais l’essentiel est ailleurs. Ne cédons pas aux polémiques et idées reçues entretenues par les ceux qui voudraient que rien ne change. L’un des enseignements des scénarios RTE est qu’il faut démultiplier le rythme de déploiement de la maîtrise de l’énergie (dont la rénovation énergétique) et des énergies renouvelables par rapport aux efforts actuels.

La France peut et doit faire plus pour accélérer sa transition énergétique :

  • Il faut acter dès le premier semestre 2018, dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), un plan crédible et irréversible de fermeture d’un nombre significatif de réacteurs nucléaires clairement identifiés, avec enfin un calendrier précis et l’assurance qu’il soit tenu.
  • Le rythme actuel de développement en France des énergies renouvelables électriques et thermiques n’est pas suffisant. La France peut et doit faire plus ; il faut les moyens financiers et réglementaires pour tripler la production française de renouvelables, contre un objectif actuel de doublement.

Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire

Barbara Pompili, députée de la Somme

Equipe de Barbara Pompili

A lire également

Commenter

Close