"Confessions de femmes de pouvoir" : l'article de Terra Femina

"Confessions de femmes de pouvoir" : l'article de Terra Femina

"Dans le monde de l'entreprise ou en politique, toutes ont réussi à se hisser sur les plus hautes marches du pouvoir. Déterminées, tenaces, brillantes : cinq femmes aux parcours exceptionnels reviennent sur leur carrière et nous racontent ce que veut dire être une femme de pouvoir aujourd’hui. Sans tabou. Retrouvez l'intégralité de l'article sur le site de Terra Femina.

Barbara Pompili, députée : « J’ai fait le choix de ne faire aucun renoncement »

 

Terrafemina : Quels sont les trois mots qui résument le mieux votre ascension professionnelle ?

Barbara Pompili : Rencontres, conviction et ténacité

Tf : Selon vous existe-t-il un management au féminin ?

B. P. : Il me semble que l’appréciation d’un individu doit être « dé-genrée ». Peu importe le sexe ou le genre des personnes avec lesquelles nous sommes en interaction, que cela soit dans le milieu professionnel, associatif… ou même personnel. Pour moi, ce sont les compétences, les valeurs et les qualités humaines qui priment. C’est quelque chose que j’applique naturellement au quotidien, aussi bien dans ma fonction politique de députée que dans mes relations. Alors oui, les femmes ont un rôle tout aussi important que les hommes à jouer dans la co-construction de notre société, des entreprises, des associations et de toutes les organisations sociales.

Tf : À quel moment le fait d'être une femme a-t-il le plus influé sur votre carrière ?

B. P. : J’ai la chance d’évoluer dans un mouvement politique dans lequel être une femme n’est pas pénalisant, puisque la parité est une valeur naturelle qui s’exprime au quotidien chez les écologistes. Nous sommes ainsi le seul groupe politique à avoir autant de députés que de députées ! Je dois toutefois reconnaître que comme pour toutes les mères, il m’est parfois bien difficile de concilier vie de famille et obligations professionnelles, et d’autant plus avec une garde alternée. Les réunions tard le soir, les déplacements presque quotidiens entre Amiens et l’Assemblée nationale ne me facilitent pas la tâche. Mais comme la plupart des femmes actives, j’ai fait le choix de ne faire aucun renoncement : ni à ma vie de famille, ni à ma vie professionnelle qui me permet en plus de porter mes valeurs. En ce sens, le partage des responsabilités – et la coprésidence qui prévaut dans mon parti – constituent une des solutions. Mais il est vrai que beaucoup reste à faire pour permettre à toutes les femmes (mais aussi aux hommes qui ont des responsabilités familiales) de ne pas avoir à choisir entre épanouissement professionnel et vie familiale, pour équilibrer équitablement les responsabilités dans les sphères publiques et privées entre femmes et hommes."

Equipe de Barbara Pompili

Commenter

Close